Japon : Vie Culturelle

L'alimentation

Le contrôle hygiénique est fondé sur une réglementation stricte en matière de congélation, conservation, taux de contaminants, d’additifs, etc. Le contrôle des importations se concentre sur la lutte contre l’introduction de maladies. La demande de certificat sanitaire aux exportateurs est quasiment systématique. Pour ouvrir un restaurant ou un café au Japon, il est indispensable d’obtenir une autorisation des services sanitaires qui effectuent une inspection sur la conformité avec les normes en matière d’hygiène publique. Ces établissements sont également obligés par la loi d’embaucher un responsable qualité en hygiène alimentaire, afin de surveiller et d’améliorer le niveau sanitaire des lieux. Poisson et riz constituent les deux éléments de base de l’alimentation nippone. Pour manger, les Japonais se servent de baguettes (en bois, laque ou plastique). Des serviettes roulées en tissu, chaudes et humides, sont servies habituellement au début des repas. Les Japonais mangent trois repas par jour. Un petit déjeuner traditionnel comprend un bol de riz, du poisson, des légumes et une soupe de misoshiru (à base de poudre de soja). Cependant, beaucoup adoptent un petit déjeuner occidentalisé, composé de café et de toasts. Ils déjeunent souvent à l’extérieur, en achetant des plats cuisinés dans un restaurant ou des repas prêts à servir. Au dîner sont servis poisson, riz et légumes, mais rarement de viande. À la fin du repas, il n’y a ni fromage, ni dessert, mais on boit souvent du thé vert. Le grignotage durant la journée est peu répandu. Contrairement au poisson, la viande n’est pas extrêmement variée. Voici la liste de quelques grandes spécialités japonaises :
  • Le gohan, riz cuit servi dans un bol.
  • Le soba et udon, deux types de nouilles japonaises, servies dans un bouillon ou dans une sauce.
  • Les sushi, mélange de riz et de poissons ou coquillages crus. Accompagnement : fines tranches de gingembre, wasabi et sauce soja.
  • Les sashimi, assortiments de poissons crus sans riz. Accompagnement identique à celui des sushi. - Le sukiyaki, préparé directement sur la table en faisant cuire des tranches de bœuf et des légumes, du tofu et des vermicelles.
  • Les tempura, beignets de légumes, crevettes ou poissons, assaisonnés d’une sauce à base de soja, d’alcool de riz et de dashi.
  • Les yakitori, brochettes de poulets recouvertes d’une sauce. Il existe d’autres brochettes assorties d’autres viandes.
  • Les tsukemono, légumes en saumure ou conservés dans du sel, se mangent seuls ou avec du riz.

C’est seulement dans les années 50, avec la maîtrise des technologies de conservation par le froid, que les Japonais sont devenus les premiers consommateurs de produits de la pêche (environ 70 kg/an/personne, deux fois plus qu’en France). Les Japonais accordent une grande importance à la qualité et à l’aspect des produits de la mer. Les convenience stores, ou « combini », sont des supérettes ouvertes 24h/24. C’est le format de distribution généraliste le plus dynamique au Japon. Elles proposent des produits alimentaires (plateaux repas et plats cuisinés, petite épicerie, boissons, biscuits, confiserie), mais également des cosmétiques, de la papeterie, etc. Les boissons : L’izakaya, pub de pur style japonais, est l’endroit où l’on se rend le plus fréquemment pour consommer de l’alcool, accompagné de petits plats à grignoter. Les établissements de ce type sont ouverts jusque tard dans la nuit et proposent des prix modérés. De nombreux bars à l’occidental sont également implantés dans les villes. Les boissons alcoolisées préférées sont la bière et le sake, qui se prépare avec du riz fermenté et de l’eau (teneur en alcool : 14 %). Les boissons rafraîchissantes japonaises les plus répandues sont à base de thé. Le thé et le café sont consommés chauds ou froids. Les consommateurs japonais établissent en général un lien très étroit entre la consommation d’eau et la santé. Les doutes sur la qualité de l’eau courante ont entraîné une très forte hausse de la consommation d’eaux minérales, restant toutefois inférieure à celle des autres pays développés. Les eaux minérales locales sont largement majoritaires, moins onéreuses et moins riches en minéraux. Les consommateurs japonais préfèrent le goût des eaux minérales de l’Archipel, pauvre en oligo-éléments. Contrairement aux eaux européennes, les eaux japonaises doivent subir un traitement permettant l’élimination des bactéries. La consommation d’eaux en bouteilles importées est surtout le fait de la jeune génération. Taxe et Pourboire : Au Japon tous les articles et services sont imposables d’une taxe sur la consommation de 5 %. Dans certains hôtels et restaurants, le service est facturé de 10 à 15 % en sus de la taxe sur la consommation. Il n’est pas d’usage de donner des pourboires au Japon. Le shopping : Du supermarché à l’épicerie de quartier en passant par les grands magasins et les centres commerciaux, vous trouverez ici les lieux communs les plus fréquentés pour dépenser vos deniers en toute sérénité. FE vous propose aussi un panier retour et des exemples de prix des produits de base. Les magasins sont ouverts de 10h à 20h, 7j/7. Les grands centres commerciaux répartis sur plusieurs étages se développent fortement dans l’Archipel, au détriment des « petits magasins ». Des marchés aux puces se tiennent dans de nombreux endroits du Japon et proposent un large panel d’articles (vaisselle ancienne, vêtements, meubles, etc.). Le commerce électronique est très dynamique au Japon. Les galeries marchandes en ligne réunissent 80 % des e-boutiques. La moitié des boutiques nippones possèdent à la fois leur propre site et un second au sein de ces galeries. Quelques galeries marchandes en ligne : Rakuten www.rakuten.co.jp, Bidders www.bidders.co.jp et Yahoo Shopping shopping.yahoo.co.jp

Les comportements

Les Français vus par les Japonais : Nous sommes romantiques et élégants. Nous aimons manger et boire, et profitons de beaucoup de congés (temps de travail inférieur à celui des Japonais). La mode française est très appréciée au Japon, et ils nous perçoivent comme des personnes strictes sur les règles de savoir-vivre. Les Japonais nous perçoivent des nationalistes (un brin chauvins et fiers de notre pays) et que nous n'aimons pas parler anglais (les Japonais pensent que tous les français parlent anglais, mais que nous ne voulons pas le parler à l’étranger car nous somme fiers et respectons notre langue natale, « si riche et notre écriture si adroite ». D’ailleurs pour eux, nous n’aimons pas les anglais, ni les américains. Psychologiquement ils nous décrivent comme, lunatiques et arrogants, et disent de nous que nous sommes contradictoires. Les Japonais vus par les Français : Les Français pensent que les Japonais sont sans cesse à la pointe de la technologie et extravagants. Ils les décrivent comme courtois, axés sur l’honneur et la patrie, très respectueux des valeurs traditionnelles et de la famille. Les Français voient les Japonais très prisés par le travail (contrairement aux Français selon eux). Enfin nous les voyons comme conservateur dans leurs valeurs. En vous rendant au Japon, vous serez amenés à vous confronter quotidiennement à des us et coutumes très différentes des votres. Quelques recommandations peuvent être prises sur la façon de se comporter et les manières à adopter en public ou au sein d’une famille. À l’intérieur : Lors d’une rencontre, il convient de saluer à la japonaise en vous inclinant respectueusement, sans exagérer le mouvement. Si vous ne le maîtrisez pas, mieux vaut serrer la main de votre interlocuteur. Il ne faut jamais appeler les personnes par leurs prénoms. Cela est strictement réservé aux membres de la famille et aux très bons amis. Offrir un cadeau à un hôte est une tradition asiatique. Il ne l’ouvrira pas devant vous. Vous pouvez en trouver dans la plupart des magasins. Un cadeau de votre pays est aussi très apprécié. Vous devez le remettre en vous inclinant et en le tendant à deux mains. Avant de pénétrer dans une maison, vous devez vous déchausser. Il est bien élevé de retourner ses chaussures, pointes face à la porte de sortie. Il est donc conseiller d’avoir des chaussettes ou collants impeccables. Pour vous installer, les chaises étant inexistantes, vous devez vous asseoir sur un coussin « à la japonaise », c’est-à-dire assis sur les talons. Cette position étant assez inconfortable pour les étrangers, les hommes peuvent s’asseoir en tailleur, les femmes replier leurs jambes sur le côté. Lors des repas, on mange ses nouilles ou sa soupe en faisant du bruit ; on attend que tous les plats soient sur la table avant de manger ; on ne fait pas de signes en l’air avec ses baguettes et on ne les enfonce pas dans la nourriture (ni dans le riz, puisque selon la religion bouddhiste, c’est ainsi que l’on offre cet aliment aux morts) ; on ne se sert pas à boire, mais on se fait servir par son voisin. Si vous trinquer, préférez la formule « kanpai » à « chin-chin » (« zizi » en japonais). Le bain ne sert qu’à se détendre : il ne faut jamais s’y laver ou s’y savonner. Prendre une douche au préalable. En public : Les rues ne portent pas de noms, chaque ville étant divisée en arrondissements, qui eux-mêmes sont divisés puis subdivisés, etc. Chaque pâté de maisons du quartier porte un numéro, et chaque maison a aussi son numéro, attribué lors de sa construction. Cependant pour ce qui est de Tokyo, la numérotation des maisons a été refaite, de sorte que les numéros se suivent désormais à l'intérieur des patés de chaque paté de maisons. Un plan est toujours le bienvenu. Un poste de police est également disponible dans chaque quartier. Il est très mal vu de manifester des émotions de manière exubérante (éviter de parler fort, de s’embrasser en public, etc.). Évitez aussi de vous moucher en public, c’est impoli. Des toilettes à l’occidentale ou à la japonaise sont à votre disposition dans la plupart des magasins. Si vous optez pour les toilettes japonaises (à la turque), accroupissez-vous face à la partie bombée. Dans certains endroits, des chaussons sont à votre disposition. Si une personne frappe à votre porte, répondez en frappant à votre tour.

Les associations

Les organismes français à l’étranger, susceptibles de vous assister lors de votre arrivée, sont nombreux. FE dresse une liste non-exhaustive de ces associations et vous décrit aussi les démarches à effectuer pour rejoindre une organisation de bénévolat. Une cinquantaine de sociétés et d’associations franco-japonaises sont recensées au Japon, comme la Maison Franco-Japonaise de Tōkyō (www.mfjtokyo.or.jp) ou l’Association des Français du Japon par exemple. Consultez le « carnet d’adresses » pour plus d’informations. N'hésitez pas à entrer en contact avec ces associations, elles vous feront partager leurs expériences et vous aideront à découvrir votre nouveau pays.

Les loisirs

Les sports : Le baseball est le sport national du Japon. L’un des plus célèbres joueurs de baseball japonais est Ichiro Suzuki. Le football est devenu le deuxième sport le plus populaire du pays. Son équipe nationale est l’une des plus grandes équipes de football en Asie, ayant remporté la Coupe d’Asie à quatre reprises, un record. La sélection féminine a gagné la Coupe du monde de football féminin 2011. Le golf est aussi populaire au Japon, de même que les formes de course automobile, comme le Super GT et la Formula Nippon. Les sports occidentaux ont été introduits au Japon après la restauration de Meiji, et ont commencé à se répandre à travers le système éducatif. Parmi les sports traditionnels, le sumo est probablement le plus populaire. Les sumotoris sont considérés comme des demi-dieux au Japon. Les arts martiaux tels que le judo, le karaté, l’aïkido et le kendo moderne sont également largement pratiqués et appréciés dans le pays. Sorties : Le Japon compte environ 15 000 salles de jeux, équipées de diverses machines de jeux électroniques, où les Japonais aiment passer du bon temps. Elles sont caractérisées par une musique à plein volume et des jingles électroniques répétitifs. Le pachinko est un croisement entre une machine à sous et un flipper à la verticale, dans lequel on fait tomber des centaines de billes argentées. De nombreuses discothèques et salles de concerts sont implantées dans les grandes villes. La musique : La musique japonaise regroupe tous les genres de musique de la sphère japonaise. Si l’on trouve dès les premiers temps de la civilisation nippone des instruments vernaculaires, notamment au sein des communautés aborigènes aïnous, il est clair qu’une grande partie de la musique insulaire est d’inspiration chinoise. Toutefois, le Japon a su rapidement développer des styles originaux et se détacher du modèle sino-coréen. La musique fut toujours liée aux spectacles (théâtre ou danse), aux festivités (et cérémonies) et aux chants de travail. Elle était essentiellement pratique et ne se trouva un rôle propre que tardivement. De ce fait, le répertoire de la musique tant instrumentale que vocale, est assez réduit, d'autant plus qu'une grande partie a été perdue. Avec l’occidentalisation récente, les instruments et les genres venus d’Europe et des États-Unis font leur apparition, sans pour autant provoquer la disparition des autres. Le théâtre : Le nō est un genre théâtral particulièrement stylisé. Les acteurs portent des masques et les mouvements sont lents et épurés. On dénombre une soixantaine de scènes permanentes ou théâtres nō sur l’ensemble du territoire (25 à Tōkyō), auxquels s’ajoutent de nombreux temples et monastères qui ont conservé leur scène de nō traditionnelle en plein air. Le kabuki est une forme théâtrale issue des faubourgs et caractérisée par un maquillage flamboyant, des costumes et des effets scéniques (danses, combats, etc.). Le lieu idéal pour y assister est le quartier de Ginza, à Tōkyō. D’autres sorties peuvent être envisagées dans les grandes villes : le cinéma, l’opéra, la danse buto, les comédies musicales, les pièces de théâtre moderne et les ballets. Musées, expositions, monuments : Voici la liste des plus grands musées du Japon : le Musée national de Tōkyō, le Musée national d’art moderne (Tōkyō), le Musée national de Kyōto. Les jardins japonais, combinant plantes, sable, eau et roches, sont renommés dans le monde entier. On en trouve dans tout l’Archipel, et plus particulièrement à Tōkyō et Kyōto.

Les jours fériés

Au Japon si un jour férié tombe un dimanche, le lundi suivant est chômé. Janvier : 1er : Ganjitsu, le Jour de l’An. Février : 11 : Kenkoku Kinenbi, anniversaire de la fondation de l’Etat. Mars : 19, 20 & 21 : Shunbun no Hi, le jour de l’equinoxe de printemps. Avril : 29 : Shōwa no Hi, anniversaire de l’empereur Shōwa. Mai : 3 : Kempō Kinenbi, commémoration de la constitution. 4 : Midori no Hi, fête la nature 5 : Kodomo no Hi, jour des enfants Juillet : 3ème lundi de juillet : Umi no Hi, jour de la mer. Septembre : 3ème lundi de septembre : Keiro no Hi, jour des personnes agées. 22 ou 23 : Shubun no Hi, jour de l’équinoxe d’automne. Novembre : 3 : Bunka no Hi, jour de la culture. 23 : Kinro Kansha no Hi, fête du travail. Décembre : 23 : Tenno Tanjobi, anniversaire de l’empereur, fête nationale du Japon.