Porto: Histoire

A l’époque romaine, deux villes se font face de part et d’autre du Douro : Portus (le port) et Cale. Elles vont s’unir pour devenir Portus Cale, d’où provient le nom de Portugal. Prospère, la ville attire les arabes (716), désireux alors d’étendre leur influence au nord du pays. Elle sera rapidement reconquise par le roi du León et devient la capitale du comté de Portucale.
Après une courte domination de la maison de Bourgogne, elle est enfin réunie à la Couronne portugaise en 1254. Son importance commerciale s’accroît et la cité entretient des relations commerciales avec l’Europe du Nord et développe ses chantiers navals.
L’occupation espagnole (1580-1640) était une période de grand développement urbain et administratif. Des changements artistiques signifiants ont également commencé pendant cette période, atteignant le sommet au XVIII ème siècle.
En 1703, le Portugal signe le traité de Methuen avec l’Angleterre, accordant aux vins de Porto des tarifs avantageux par rapport à ceux français. Rapidement, les négociants britanniques s’approprient la production des vins de Porto, dont les marques deviennent à 80% anglaises. Certains tentent de s’y opposer et commence alors le début d’une longue influence britannique encore perceptible de nos jours.
Le XIXème siècle est une période troublée. Connue comme étant une ville progressive et libérale, avec ses traditions de défense des droits civils, Porto et sa population ont connu de nombreuses insurrections suite au long siège des forces royalistes, dont la plus violente en 1832.
Très conservatrice, Porto se montre favorable au régime de Salazar, dont la chute en 1974, n’entraîne pas les mouvements d’allégresse visibles dans le reste du pays.