Budapest: Histoire

L’actuelle capitale fut d’abord habitée par les Celtes, puis vers 10 av. J.-C. par les Romains. Ces derniers établissent, sur l'emplacement actuel de Buda, la colonie d'Aquincum. Puis la capitale de la Pannonie inférieure est conquise en 376 par les Vandales. Au cours des cinq siècles suivants Slaves, Avars et autres peuples s'installent successivement sur les sites de Buda et de Pest.

Au cours de la seconde moitié du Xe siècle, les Magyars (Hongrois) occupent les lieux. En 1241, au cours du déferlement tatar en Hongrie, Pest est détruite.
La ville ne reprend de l'importance qu'en 1247, lorsque le roi Béla IV de Hongrie attire à Pest des colons de différentes nationalités, notamment des Allemands. Il fait édifier le Château Royal de Buda, forteresse devant servir de rempart contre les Mongols.

Buda devient la capitale permanente de la Hongrie en 1361, tandis que Pest est un centre de commerce prospère, fréquenté par de nombreux marchands flamands et vénitiens. En 1465, Mathias Corvin fonde la première université du pays à Buda.
Pest et Buda sont prises, respectivement en 1526 et en 1541, par les Turcs qui, expulsés en 1686, laissent beaucoup de ruines derrière eux. Grâce à leur situation privilégiée, les deux villes connaissent un redressement rapide. Les souverains d'Autriche favorisent leurs expansions économiques.
La croissance de Buda et Pest se poursuit au cours du XVIIIe siècle, mais connaît une véritable expansion à la fin du XIXe siècle.

En 1848, Pest est le centre intellectuel et politique. Lors du Printemps des peuples, révolution animée par des hommes comme Lajos Kossuth et le poète Sandor Petöfi, la ville devient le symbole de la volonté d’indépendance hongroise.
À la suite du compromis austro-hongrois de 1867, Buda redevient capitale de la Hongrie. Les deux villes sont officiellement réunies en 1873 pour former Budapest.

Budapest est occupée par les Allemands le 15 octobre 1944 et reprise par l’armée soviétique le 13 février 1945. L'occupation soviétique se prolonge jusqu'en 1947.
Le 23 octobre 1956, un vaste soulèvement populaire éclate à Budapest, à l'encontre du régime stalinien instauré par le gouvernement hongrois encore sous contrôle soviétique. Entre le 1er et le 4 novembre 1956, la révolution hongroise est brutalement réprimée par l'intervention des troupes et chars soviétiques, à l'appel du nouveau secrétaire général du Parti communiste, János Kádár. Une partie de la ville subit, à cette occasion, des dégâts importants.

Au cours des décennies suivant la 2nde guerre mondiale et ses énormes dégâts, il y eut la révolution de 1956, Budapest fut peu à peu reconstruite. Parallèlement à ces travaux de reconstruction, en une trentaine d’années, près de 200 000 appartements furent battis à Budapest, dans des grands ensembles, dans le cadre d’un plan de grande envergure.
Ces dix dernières années, depuis le changement de régime politique, une grande partie des appartements de location des collectivités locales ont été vendus. La majeure partie des sites industriels, polluants pour l’environnement, ont été démolis. Des centres commerciaux les ont remplacés, suivant des modèles occidentaux.

Aujourd’hui, le nombre d’habitants de Budapest n’est plus que de 1,8 millions. Cela signifie qu’en dix ans, la population a baissé de 250 000 personnes. Cette baisse est principalement due au fait que les habitants plus aisés préfèrent bien souvent emménager dans les villes et villages autour de la capitale.

Entre 1990 et 2000, près de 1,2 milliards de dollars de capitaux ont été investis à Budapest. Ceci équivaut environ à la moitié des capitaux étrangers investis en Hongrie.
Budapest reste cependant une ville appauvrie en matière d’équipements sportifs. Toutefois, elle s’est tout de même portée candidate pour les jeux olympiques de 2012. Et si sa candidature était retenue, de nouveaux grands travaux de construction pourraient être entrepris et ainsi créer plusieurs dizaines de milliers d’emplois. L’investissement est estimé à 3 milliards de dollars.