Espagne : Argent et fiscalité

La banque

Pour tout paiement ou retrait par carte bancaire, votre banque française vous facturera un supplément (autour de 5%) du montant de la transaction pour couvrir les frais dûs au taux de change. Par ailleurs, la banque peut vous facturer une commission fixe supplémentaire lors de retraits au distributeur automatique. De plus, vous ne pourrez pas retirer de l’argent liquide dans tous les distributeurs.

 

Vérifiez la période de validité de votre carte bancaire et le montant autorisé pour vos retraits.

 

Renseignez-vous : cela facilitera vos transactions et vous évitera de payer des frais supplémentaires en cas de transferts. Votre banque peut également vous fournir une lettre de référence qui facilitera une ouverture de compte ou des contacts sur place. Le chéquier est très peu utilisé. La carte bancaire est bien acceptée même si beaucoup de paiements s'effectuent encore en espèces.

Votre compte bancaire :

L’ouverture d’un compte bancaire dans le pays d’accueil est une nécessité qui peut tourner au casse-tête. Pour « abrir una cuenta », il vaut mieux avoir un contrat de travail et une carte de résidence. Cependant, si vous n'êtes pas encore résident, on vous ouvrira un "compte de non-résident". Il donne droit à une carte de débit pour retirer de l'argent aux guichets de votre banque. Les découverts sont interdits sinon le compte est bloqué. Faites modifier votre compte quand vous aurez votre carte de séjour pour obtenir une carte de crédit (tarjeta de crédito). Vous devrez présenter votre passeport ou votre carte d'identité, votre adresse en Espagne, votre NIE (número de identificación de extranjero) de votre carte de résident. Les plus grands réseaux de banques de détail sont :

  • Banco Santander
  •  Banco Banesto
  •  Banco Central Hispano
  •  Banco Bilbao Vizcaya (BBV)

Les 3 plus grandes caisses d'épargne espagnoles sont :

  • Caixa (près de 3 700 entités)
  •  Caja de Madrid (près de 1 200 entités)
  • Caja Postal (près de 650 entités).

Ne négligez pas le compte laissé en France, optez pour l’ouverture d’un compte de non-résident qui vous assiste et vous propose des solutions sûr mesure dans le carde de votre gestion bancaire. Il vous apporte également des réponses les plus adaptées à votre situation.

La moindre opération bancaire se facture en Espagne. Là aussi, n'hésitez pas à faire jouer la concurrence et à vous renseigner régulièrement auprès de votre banquier.


Attention !!!

Les taux d'intérêt appliqués sur les découverts bancaires tournent autour de 25%. L'habitude française de vivre au dessus de ses moyens est à bannir en Espagne !


 

Le coût de la vie

Estimation du budget moyen mensuel :

Le candidat à l'expatriation devra se garder de chercher à apprécier sa situation en convertissant tous les chiffres en euros, ou en tentant de déterminer le pouvoir d'achat en France du montant obtenu. Cette appréciation doit se faire avant tout sur le montant des dépenses dans le pays d'expatriation, qu'elles soient exprimées en monnaie locale ou en euros. Estimation du budget moyen mensuel nécessaire à un expatrié pour couvrir l'intégralité de ses dépenses :

  • 2500 à 3000€ pour un célibataire
  • 2800 à 3200€ pour un couple
  • 3500 à 4000€ pour un couple avec deux enfants.

Cette estimation est sujette à variation en fonction du montant du loyer.

Prix de la vie courante :

  • Un aller simple en métro ou en autobus coûte environ 1 euro.
  • Une bière ou un soda peut osciller entre 1,00 et 1,50 euros dans un local à la mode.
  • Une entrée de cinéma coûte 5.50 euros.
  • Une entrée de théâtre coûte entre 10 et 30 euros.
  • Un billet d’opéra ou de concert peut aller de 15 à 75 euros.
  • Un petit-déjeuner à base de café, d'une pâtisserie et de jus d'orange, peut varier entre 2 et 4 euros en fonction de l'établissement.
  • Un menu du jour dans un restaurant moyen-bon marché coûte entre 7 et 10 euros
  • Un menu à la carte 18 euros et au-delà, un restaurant de niveau moyen environ 36 euros par personne et les restaurants de trois toques (fourchettes en Espagne) peuvent atteindre 90 euros.

La fiscalité

L'année fiscale commence le 1er janvier et se termine le 31 décembre. Une convention a été signée à Madrid le 10 octobre 1995, entre la France et l’Espagne visant à éviter la double imposition et prévenir l’évasion et la fraude fiscale en matière d’impôt sur le revenu et sur le patrimoine. L’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPF) : Tous les étrangers travaillant sur le territoire espagnol doivent payer des impôts sur leurs revenus en Espagne. La loi espagnole précise que les personnes ayant un revenu annuel supérieur à 6.010,12 € doivent faire une déclaration. L'impôt sur le revenu en Espagne est un des plus bas en Europe sur les salaires moyens car de nombreuses déductions sont possibles, mais pour les salaires élevés, l'impôt peut dépasser 50% des revenus ! 

 

Tranche de revenu en euros Taux d'imposition
Du minimum vital à 17 707,20 24 %
De 17 707,20 à 33 007,20 28 %
De 33 007,20 à 53 401,20 37 %
Au-delà de 53401,20 43 %

 

L’impôt sur les sociétés :

Les PYMES (ou PME) sont les sociétés dont le chiffre d'affaires n'excède pas 8 millions d'euros. Pour celles-ci, l'IS est de 25% (anciennement 30%) sur la première tranche de bénéfices de 0 à 120.202,41€ et de 32,5% (anciennement 35%) pour les tranches suivantes. Pour les entreprises ayant un chiffre d'affaires supérieur à 8 millions, le taux applicable est de 32,5% et ce taux baissera jusqu'à atteindre 30% sur l'année fiscale 2008.

Pour les sociétés dont l'exercice est inférieur à un an, la base imposable est calculée en faisant un prorata temporis : on multiplie par 120.202,41 le nombre de jours que compte l'exercice et on divise par 365.

Autres impôts payables annuellement :

  • IBI : Impôt sur les biens immobiliers.
  • Taxe sur la plus value immobilière. Elle varie selon la municipalité entre 16 et 30 % du montant de la plus value.
  • Taxe sur la construction. Prélevée sur les constructions nécessitant un permis de construire. Son taux varie de 2 à 4 % du coût total de la construction.
  • Impôt pour l'enlèvement des ordures.
  • Impôt de circulation (Impuesto de Tracción Mecánica) sur les véhicules, motos, etc...Immatriculés en Espagne, la vignette quoi !
  • L'impôt sur la fortune (Impuesto sobre el patrimonio).

L'Espagne a introduit une disposition analogue à celle qui existe en France. En effet, dans ce pays, l'addition des sommes dues au titre de l'impôt sur le revenu et de l'impôt sur la fortune ne peut excéder une certaine fraction du revenu imposable : 70 % en Espagne.

Depuis 1994, la loi espagnole prévoit que le patrimoine professionnel des dirigeants de petites et moyennes entreprises est intégralement exonéré de l'impôt sur le patrimoine.

La TVA : La taxe espagnole sur les ventes, notre fameuse TVA, se présente en Espagne sous le nom de IVA: impuesto sobre el valor añadido. Il existe trois catégories de taux d'imposition au titre de l'IVA :

  • Le taux général à 16%
  • Le taux réduit à 7% (applicable essentiellement aux denrées alimentaires, aux manifestations culturelles et à la restauration)
  • Le taux super réduit à 4% (applicable essentiellement aux denrées alimentaires de base) L'IVA est applicable sur la totalité du territoire espagnol (Iles Baléares comprises), à l'exception des enclaves de Ceuta et Melilla ainsi que des Iles Canaries.