Liban : Vie culturelle

L'alimentation

FE détaille pour vous les habitudes alimentaires, les spécialités culinaires, le déroulement du petit-déjeuner, du déjeuner et du dîner, les bières et les vins locaux…tout pour que votre gastronomie ne souffre pas de dépaysement.

La nourriture : La cuisine libanaise n’usurpe pas sa réputation. C’est une cuisine excellente, très variée et très calorique également ! La bible mentionne déjà la finesse des plats du pays de Canaan, qui est l’actuel Liban. La cuisine libanaise est très raffinée. Les différents plats qui vous sont servis portent le nom de mézzé. Les Libanais se servent avec les doigts, ils s’aident avec le pain, toujours présent sur la table. Les entrées sont constituées d’olives concassées, de graines de courgettes salées, d’amandes en chaton ou en gangue ou séchées en fonction des saisons et d’arachides. Sur la table, il y a toujours un gros plat de légumes à croquer : salades, choux, navets, carottes, menthe à tige carrée... Pour ce qui est des mézzés, voici quelques exemples :

  • tabouleh (plat de persil haché, blé dur concassé, oignons, menthe qui commence le repas)
  • hommos (purée de pois chiche arrosé d’un filet d’huile de sésame) 
  • batenjan ou baba ghanouj ou metabal (purée d’aubergine)
  • foie cru
  • warak enab (feuilles de vigne farcies)
  • foul médammas (fèves à l’huile)
  • labné (fromage crémeux)
  • oisillons rôtis
  • langue de mouton
  • viandes de poulet, agneau, bœuf
  • poissons frits ou grillés tels la dorade ou le rouget, les calamars ou la seiche...

D’autres préparations autres que les mézzés constituent la cuisine libanaise. La sayadiyah (morceaux de poisson frais cuits avec des oignons, des amandes, des pignons, des épices) et le samak tajen bi tahiné (poisson cuit au four avec de l’huile sésame) sont deux des meilleurs plats de poissons au Liban.

En ce qui concerne les viandes, on trouvera principalement de l’agneau car c’est la viande la plus appréciée des Libanais. Le kefta (viandes hachées parfumées de différentes façons) est délicieux. Il en va de même pour les kebabs. Les gigots d’agneau peuvent être farcis de riz, pistaches et amandes.

En ce qui concerne les desserts vous aurez le choix et les calories qui vont avec ! Il s’agira d’achta avec des dattes, de fruits de saison (notamment, si c’est la saison, des nèfles ou des petites bananes parfumées), de pâtisseries (même si celles-ci sont rarement présentées en dessert, les repas étant déjà très copieux. : osmaliyeh, ma’moul, mouhalabia...).

Si vous souhaitez manger sur le pouce, vous trouverez de nombreuses petites échoppes vous proposant des falafel ou de shawarma qui sont nourrissants, très bon et très bon marché.

Les boissons :

Vous trouverez comme boissons :

  • l’arak, servi dans des petits verres typiques, cette boisson est une sorte de pastis, obtenu par distillation de jus de raisins fermenté avec des graines d’anis de Damas (producteurs : Kefraya, Brun, Al Massaya, Ksarak, Kakra...), elle se rapproche du raki grec ou de l’ouzo turc 
  • le whisky, que les Libanais mélangent avec une grande quantité d’eau
  • du vin blanc ou rouge que le Liban produit à Kefraya, Ksara, Nakad et Musar, les caves se visitent
  • de la bière produite localement : la Almaza, blonde, légère et rafraîchissante
  • le jellab qui est fait à partir de raisins et servi avec des pignons
  • l’ayran ou leban qui est une boisson au yaourt
  • sodas aux fruits, sirop de rose.

 

Le café traditionnel est épais, fort et légèrement parfumé (cardamome). Il vous est servi à la fin du repas, jusqu’à satiété. Le cafetier n’est pas, en général, salarié du restaurant. Il convient donc de lui laisser un pourboire. 

 

Pourboire :

Dans les hôtels et les restaurants, un pourboire de 5 à 10 % de l’addition est attendu. Un pourboire au chauffeur de taxi n’est pas forcément nécessaire.

Lorsque vous vous rendez au restaurant, vous trouverez souvent un voiturier se proposant d’assurer la surveillance de votre véhicule. N’ayez pas peur des vols, ces services sont communs et il prendra soin de votre voiture contre un pourboire (ces voituriers sont rarement salariés). Il protège même votre véhicule du soleil pendant le déjeuner !

Les cafetiers dans les restaurants ne sont pas salariés de celui-ci, il convient donc de leur laisser un pourboire en rémunération de leur service. La taxe sur la valeur ajoutée est fixée à 10%.

Le shopping

Du supermarché à l’épicerie de quartier en passant par les grands magasins et les centres commerciaux, vous trouverez ici les lieux communs les plus fréquentés pour dépenser vos deniers en toute sérénité. FE vous propose aussi un panier retour et des exemples de prix des produits de base. Le jour officiel de fermeture hebdomadaire est le dimanche. Cependant, certaines grandes surfaces ainsi que la plupart des supermarchés restent ouverts au moins durant la matinée.

 

Les heures d’ouverture dans la semaine vont de 8h30 à 20h pour les supermarchés et de 9h30 à 18h pour les magasins du lundi au vendredi et de 9h30 à 13h le samedi. 

 

A Beyrouth, il faut aller dans le quartier commerçant d’Hamra. Dans Tripoli, la vieille ville et les souks dans les anciens Khans (caravansérails) et le souk Al Araj (« marché couvert »). Le pays a conservé un artisanat très développé et remontant à des temps anciens. Parmi celui-ci nous trouvons :

  • la broderie
  • la sculpture sur bois
  • la gravure sur bois également
  • la marqueterie et le Nabati
  • l’art du cuivre
  • la poterie
  • les bijoux (technique du filigrane foudda mshabké)
  • le tissage (tapisseries murales et vêtements en coton, laine et soie)
  • la verrerie (verre soufflé).

Les comportements


ATTENTION !!!

Dans un pays où la religion musulmane est très présente, il convient de ne pas agir de manière qui pourrait paraître offensante. Il s’agit notamment de ne pas avoir de contact physique avec une femme si vous êtes un homme, comme faire la bise ou montrer trop d’insistance lorsque vous serrez la main.


 

Sachez que l’hospitalité des Libanais est réelle, ils n’hésitent pas à inviter régulièrement. Il est d'usage d’amener un petit présent lorsque vous êtes invités à dîner chez quelqu’un. Dans les magasins, on vous offrira régulièrement un thé ou un café ; acceptez, vous leur ferez plaisir et cela vous permettra d’engager la conversation et de mieux connaître les gens de ce pays. Fumer le narguilé est très commun et est un élément essentiel de la vie sociale libanaise ! N’hésitez pas à en partager un à la fin d’un bon repas. C’est un moment particulier d’échanges et de détente que vous apprécierez certainement (même si vous ne fumez pas !).

 

Le narguilé se présente sous la forme d’un long tuyau dans lequel la fumée passe par un pied en verre rempli d’eau. Il faut préciser qu’il s’agit bien de fumer du tabac (parfumé, à la pomme, melon, miel, menthe... ou non parfumé, le tabac est, dans ce cas, l’Ajami –tabac iranien) et qu’il ne s’agit pas d’autres substances comme on peut parfois l’entendre ici ou là ! 

 

Les Français vus par les Libanais : Dire que le Liban est un pays francophile est peu dire. Il est le premier producteur et importateur de presse et de livres français de tout le Moyen-Orient. Il comporte de nombreuses maisons d’édition francophones. La production cinématographique française est également appréciée. Le bilinguisme de l’enseignement a toujours été de règle au Liban et ce, dès la maternelle sans que l’indépendance y ait changé quoique ce soit. Aucun texte n’oblige, d’ailleurs, les élèves libanais à choisir le français comme deuxième langue à côté de l’Arabe, c’est cependant un choix qui est fait systématiquement et qui paraît tout à fait « naturel ». La France et les Français jouissent d’une aura culturelle au Liban peu commune. Le revers de la médaille est une vision libanaise très traditionnelle de la France et des Français. Pourtant économiquement présente au Liban, la France n’est pas, dans l’inconscient collectif, perçu comme un partenaire d’affaires, rôle qui est plus réservé aux pays arabes et anglo-saxons.

Les Libanais vus par les Français : Les Français ont une profonde affection pour les Libanais et sont conscients du lien qui unit les deux peuples. La France considère qu’elle détient une responsabilité envers le Liban et est toujours prompte à défendre ce pays. Toutefois, ce sentiment tend à être considéré comme un acquis et il n’est malheureusement pas assorti de dynamisme dans les relations entretenues entre les deux nations... Le français connaît, de façon générale, très mal le libanais bien qu’un sentiment bienveillant, presque inconscient, soit éprouvé vis-à-vis de celui-ci.

Associations et bénévolat

Les organismes français à l’étranger, susceptibles de vous assister lors de votre arrivée, sont nombreux. FE dresse une liste non-exhaustive de ces associations et vous décrit aussi les démarches à effectuer pour rejoindre une organisation de bénévolat.

Service de Coopération et d'Action Culturelle

Rue de Damas - Beyrouth Liban

Téléphone : 961 1 42 02 00 - Télécopie : 961 1 42 02 07

Site internet : www.ambafrance-lb.org


 

Centre Culturel Français (CCF) – Action Culturelle et Artistique...

Les loisirs

Les sorties du week-end ! En famille ou en solo, la liste des principaux musées, théâtres, cinémas, salles de concerts ou autres bases de loisirs devrait vous permettre de vous détendre au plus vite. Des indications sur les horaires et les tarifs faciliteront vos choix. Base de loisirs :   Il faut savoir que la nature est un des atouts majeurs du Liban. Une forme d’« écotourisme » à tendance à se développer, même s’il ne s’agit que d’une nouvelle appellation pour quelque chose qui existait déjà précédemment. Le Liban compte huit réserves naturelles classées : six forêts et deux sites marins, pourvus d’un biotope fascinant. La randonnée est, par exemple, une activité très développée. Les montagnes, les gorges et la faune et flore de ce pays offrent de formidables possibilités. Plusieurs clubs de randonnées peuvent vous guider et vous informer, notamment :
  • le Club des Vieux Sentiers ou le Club Horizon Vert.
  • Certaines de ces randonnées peuvent être pratiquées à cheval, adressez-vous à un des clubs locaux comme le Centre Hippique Bir Hassen.
  • Il n’y a pas que la surface du sol qui mérite d’être découverte au Liban, les souterrains recèlent également de trésors. Plusieurs clubs de spéléologie existent, il est prudent de les contacter afin d’obtenir les informations nécessaires à la pratique de ce sport. (Spéléo Club du Liban, Association des Etudes Spéléologiques).
  • Avec ses 200 km de côtes et ses nombreuses rivières, le Liban propose également des activités aquatiques : ski nautique, planche à voile, plongée sous-marine, rafting...
  • Et bien entendu, les plages ! Celles de Tripoli : Pearl Beach vers Batroun, Las Salinas à Enfé et les plages d’El Mina au Nord, au sud de Tyr dans la région de Jiyeh (plus belle plage de sable). Au Liban, les plages de sable sont assez rares, ce qui n’empêche personne de profiter des baignades !
  • Enfin, le Liban est un pays idéal pour skier. La neige s’y trouve généralement de décembre à mars. Chaque station a sa particularité, son charme : la station du cèdre est la plus ancienne et la plus élevée en altitude, Faqra est la plus développée, Laqlouq est considérée comme la plus agréable et Qanat Bakiche dispose du meilleur enneigement. Ces stations reçoivent des compétitions nationales et internationales. Bien entendu, vous pourrez pratiquer également la planche à neige, le surf, le scooter des neiges... En bref, et comme le slogan connu disait : « Au Liban, vous pouvez skier le matin en montagne et faire du ski nautique l’après midi ».

Pour plus de renseignements, contactez l’office du tourisme libanais à Paris ou à Beyrouth.

Sorties (musique, théâtre, spectacle) :

La vie nocturne :

La vie nocturne libanaise est très animée, vous trouverez de nombreuses boîtes de nuit dans la capitale et dans les stations en montagne.

La musique :

La musique traditionnelle libanaise n’est pas la plus joyeuse qui soit ! Elle a pour racines les chants tristes et nostalgiques que les bergers des montagnes ou les travailleurs dans les ports chantaient. Au IVème siècle, les compositeurs des musiques religieuses s’en inspirèrent. Au Ve siècle, les mélodies araméennes et byzantines furent unifiées, c’est sur ces bases que les chants liturgiques de la musique d’Orient furent créés. Au XXe siècle, cette musique évolua avec l’apport d’instruments d’origine occidentale.

Cette tradition musicale est toujours présente avec des chanteurs comme :

Fairuz, qui est considérée comme la plus grande chanteuse arabe depuis la disparition d’Oum Kalsoum (célèbre chanteuse Egyptienne). Son répertoire était très varié. Elle commence à être connue dans les années 50 et devient une star incontestée dans les années 60. Elle restera toute sa vie fidèle au Liban, pays dans lequel elle restera, même pendant la guerre.

Sœur Marie Keyrouk incarne la tradition du chant chrétien des Eglises orientales. Docteur en musicologie et présidente fondatrice de l’Institut de Chant Sacré à Paris, ses disques ont rencontré un succès international.

Plusieurs festivals de musique valent le coup d’être vu au Liban, il s’agit du :

  • Festival international de Baalbeck, qui a lieu en été. Né officiellement en 1956, Il fût, malheureusement, interrompu pendant la guerre civile mais il reprend des forces depuis 1997 et propose des programmes d’excellente qualité. Les plus grands orchestres, chanteurs et danseurs classiques s’y sont rendus, ainsi que les plus grands noms du théâtre.
  • Festival international de Beiteddine, également en été, fut créé en 1985. Artistes de grand talent.
  • Festival international de Tyr (été), artistes du Moyen-Orient.
  • Festival international de Byblos (été), musiciens et interprètes de musique du bassin méditerranéen.
  • Festival du Boutant, qui a lieu en hiver et se tient à Beit Mery, musique classique.
  • Le théâtre : Festival international de Baalbeck.

Musées, expositions, monuments :

  • Le musée national de Beyrouth est à ne pas manquer. Réouvert en 1997, on peut y voir : le sarcophage d’Ahiram (Byblos, Xe siècle avant JC), et d’autres pièces provenant des sites de Niha dans la vallée de la Beqaa, de Sour (Tyr) et de Saïda. Le musée se développe, à nouveau, peu à peu. Les heures d’ouverture du mercredi au dimanche sont : 10h – 17h. Attention, les photographies sont interdites.
  • Le musée de l’université américaine de Beyrouth (UAB) peut être également vu. L’accès se fait par la rue Bliss et vous serez contrôlé à l’entrée du campus. Les salles sont libres d’accès de 10h à 16h sauf le samedi et le dimanche.
  • Byblos est la plus vieille agglomération du monde. Vous y accéderez par l’autoroute en direction de Tripoli (à vingt minutes de Beyrouth).
  • Dans la plaine de Beqaa, les temples antiques de Baalbeck (à deux heures en voiture de Beyrouth) sont incontournables. Vous y trouverez une énorme pierre à l’entrée sud de la ville, c’est « la pierre de la femme enceinte ».
  • A Tripoli, ville au nord du Liban, un bon nombre de mosquées, les madrasas et les hammams de l’époque mamelouk sont à voir. Visitez également le château Saint-Gilles construit par les croisés.
  • Aux alentours de Beyrouth, les grottes de Jeïta, le site romano-byzantin Beit Mery de Deir El Qalaa qui surplombe la capitale, le Chouf (palais de l’Emir) à Beiteddine, Deir El Kamar avec le « château Moussa », Barouk et sa cédraie.
  • Dans la vallée de la Qadîsha, surnommée la « vallée sainte », les chapelles de Mart Chmouni, Saïdet Haouqa et Saïdet Ed Darr, les couvents de Deïr es Salîb, Deïr Mar Antonios Qozhaiya, Deïr Mâr Elichaa et Deïr Qannoubîne, l’Hermitage Saint Siméon sont à voir.
  • A faire également le musée Khalil Gibran dans le village de Bcharré et le village médiéval d’Edhen où se trouve un souk célèbre.
  • Le village le plus haut du Liban est Bqaa-Kafra. Les cèdres à Arz Er Rabb sont à voir.
  • Le village romain de Furzol et les grottes de Wadi El Habis (vallée de l’ermite) utilisées comme lieu de culte aux époques paléochrétienne et byzantine. La ville de Zahlé offre une architecture typique, des souks artisanaux, une gastronomie fameuse et du vin. La visite des caves aux domaines de Ksara, Kéfraya ou clos Saint Thomas est recommandée. Enfin, visitez le village de Saghbine, le lac de Qaraoun et le site Omeyyade d’Aânjar.
  • Au nord du Liban, la ville d’Arqa est un énorme tell archéologique datant du néolithique (vieux de plus de 6 000 ans). Le palais forteresse du village de L’aal est également à visiter.
  • Au sud du Liban, la citadelle des émirs Chahab dans la vallée médiévale druze de Hasbaya et la vallée de Wadi El Taym, le village des potiers Rachaya Al Foukhar, le sanctuaire druze de Khalwat El Badaya, la porte de Fatima à Kfar Kila, la plaine de Marjayoun sont les sites à ne pas manquer.
  • En ce qui concerne la ville de Tyr (Sour), il faut voir et admirer les vestiges romains, la nécropole, le caravansérail ottoman, le quartier chrétien, les restaurants de poissons et de fruits de mer sur le port. Dans les environs de la ville, Qana est le village symbolique, site des noces bibliques du Christ.
  • La ville de Saïda est l’ancienne Sidon, son château sur la mer est à voir, ainsi que le port, les souks, la grande mosquée et les nécropoles. Aux alentours de Saïda, le temple phénicien dédié au dieu guérisseur d’Echmoun compte parmi les monuments à visiter.

Le casino :

Le casino du Liban, après une importante remise à neuf (réouvert en 1997), jouit d’une renommée internationale. Il est situé à Maameltain, à 22 km au Nord de Beyrouth. Il dispose de salles de jeux somptueuses, de restaurants luxueux et d’un cabaret.

Jours fériés

Dates Noms Remarques
1er janvier Jour de l'an  
6 janvier Epiphanie  
6 janvier Noël arménien Selon l'Eglise apostolique arménienne
9 février Saint Maron Le saint patron des Maronites
(variable) Mawlid El-Rassul Naissance du Prophète
9 mars Fête des professeurs Journée non travaillée dans les écoles
25 mars Annonciation  
(variable) Vendredi Saint  
(variable) Pâques  
1er mai Fêtes du Travail Quand ce jour tombe un dimanche, le lendemain est chômé
25 mai Résistance et libération du Sud-Liban Cette date marque le retrait des troupes coloniales sionistes du Sud-Liban et la victoire de la résistance Libanaise. 
15 août Assomption de Marie  
(variable) Aïd el-Fitr  
(variable) Aïd al-Adha  
1er novembre Toussaint  
22 novembre jour de l'indépendance libanaise Quand ce jour tombe un dimanche, le lendemain est chômé
(variable) Hégire  
(variable) Achoura  
25 décembre Noël