Liban : Transport

Comment s'y rendre

En avion : Le Liban ne possède qu’un seul aéroport au sein de sa capitale, Beyrouth. Comparez en temps réel les meilleurs prix dans plus de 150 pays et 800 villes !

 

Paris >> Beyrouth : 4h05 de vol

Marseille >> Beyrouth : 3h45 de vol

 

Air France propose des vols directs à destination de Beyrouth depuis Paris et Marseille La compagnie aérienne MEA (Middle East Airlines) – Air Liban, propose aussi des vols directs entre Paris et Beyrouth. La compagnie nationale MEA – Air Liban offre plusieurs destinations depuis le Liban vers la France, l’Angleterre ou l’Allemagne, mais dessert aussi d’autres villes en Europe, et aux quatre coins du monde.

Tarifs : Les tarifs varient selon les compagnies aériennes, mais aussi selon les périodes. En basse saison il faut compter environ 379 euros pour un aller-retour avec les compagnies les plus abordables notamment Royal Jordanian, tandis que la compagnie BMI (British Midland International) propose le même vol au tarif de 491 euros.

  • En haute saison, Lufthansa propose un tarif compétitif de 504 euros tandis que British Airways demande pour le même vol 1 292 euros. Des vols directs sont assurés par Air France et MEA pour un montant compris entre 712,17 euros et 772,17 euros.
  • En couple ou accompagné d’un enfant, multipliez le prix par le nombre de places réservées dans l’avion. Avec un enfant de moins de 2ans, ajoutez entre 50 et 70euros pour son billet.
  • Il n’est pas rare que les tarifs varient selon l’aéroport de départ, les vols en partance de l’aéroport Charles De Gaulle sont souvent moins chers que ceux depuis Orly.
  • La SNCF vous propose des circuits au Liban, parcourant les plus beaux sites du pays. Le vol Paris-Beyrouth est compris dans le prix total, de même que certains repas, variant selon le programme de la journée. Cette offre reste très abordable, il faut compter entre 1 390 et 1 550 euros pour 7 jours et 6 nuits.

En train :

Il n’existe pas de réseau ferroviaire au Liban.

En voiture :

Le seul accès au Liban se fait par la Syrie. Les frontières avec Israël ne sont pas ouvertes et vous ne pourrez pas passer d’un pays a l’autre, que ce soit en bus, en taxi ou ni même par bateau. En bateau : Les ferries reliant Beyrouth et Limassol (Chypre) ne sont plus d’actualités et leur fréquence sont quasiment nulles désormais, toutefois il est possible d’embarquer pour une croisière qui sont désormais proposées par la plupart des agences de voyages.

Conseils pratiques sur place

Les taxis : Les voitures aux plaques d’immatriculation rouge et à la lumière jaune sur le toit sont facilement repérables. Leurs conducteurs parlent généralement français ou bien anglais, malgré tout il est plus prudent d’avoir l’adresse à laquelle vous souhaitez vous rendre écrite en arabe. Les taxis peuvent être empruntés de manière individuelle ou collective.

 


On évoquera les « taxis-service » ou « services » pour la formule collective, ces taxis peuvent accueillir jusqu'à 5 passagers qui se diviseront le prix de la course.

 

Il reste possible de prendre un taxi de manière individuelle mais le prix augmentera alors considérablement. Il est conseillé de négocier le tarif avant le début de la course. Le prix fixe est de 2 000 LL, soit environ 1€, par passager. Vous pouvez néanmoins essayer de négocier le prix avec le conducteur.

 

Il existe deux grands lieux de croisements de ces taxis populaires au départ de Beyrouth ; le rond point Cola, pour les destinations au Sud-Liban ou le carrefour Dora pour des destinations au Nord-Liban.

 

Les taxis circulent selon des lignes prédéterminées, il emprunte alors la meilleure route pour satisfaire tous les passagers. Il peut arriver qu’un taxi refuse de vous amener là où vous le souhaitez si cela ne l’arrange pas, ou si le lieu d’arrivé ne correspond pas avec le trajet qu’il doit emprunter pour les autres passagers.

Les bus : Les bus au Liban sont facilement reconnaissable, notamment grâce à leur couleur rouge et blanche et a la pancarte indiquant la destination du bus. Vous ne trouverez pas de plan des itinéraires des bus. Si leurs prix sont peu élevés, il faut noter que le trafic n’est pas régulier. Ils relient notamment les quartiers des villes à Beyrouth principalement, mais relient aussi les villes entre elles. On peut notamment rejoindre les grandes villes du Liban en se rendant à la gare routière de Beyrouth nommé station Charles Helou.

La voiture : Si vous souhaitez louer une voiture, ou ne serait ce que conduire une voiture, il vous faudra un permis de conduire international. Vous pouvez faire une demande auprès de la préfecture ou la sous-préfecture de votre lieu de domicile. Ce permis, valable trois ans et il est gratuit. Pour louer une voiture il faut avoir au minimum 20ans. Toutefois, la location de voiture reste un bon compromis, vous laissant une certaine indépendance, et étant peu onéreuse. Vous trouverez de nombreuses agences de locations à l’aéroport de Beyrouth, la majorité des véhicules sont automatiques. Notez que les voitures diesel ne sont pas autorisées sur le territoire libanais. La signalisation routière correspond aux normes internationales, faites attention, la conduite est à droite. Les routes sont en constantes améliorations. Ayant souffert des affrontements durant les différentes guerres, elles sont aujourd’hui en travaux dans le but d’améliorer le réseau du pays. Prenez garde le soir, les éclairages publics ne sont que trop peu nombreux ou ne sont pas toujours allumés. En raison de la superficie du pays, vous n’aurez aucun mal à traverser le pays d’un bout à l’autre. Il suffit de trois heures de route pour aller du Nord, au Sud du pays.


ATTENTION !!!

Au Liban, conduire s’avère souvent quelque peu « sportif ». Le code de la route n’est pas souvent respecté, voire complètement oublié ; tout comme les feux de signalisation. Restez donc attentif et concentré lorsque vous prenez le volant. En train ou en avion : Il n’existe ni de réseau ferroviaire, ni de ligne aérienne intérieures au Liban.