Canada : Argent et Fiscalité

La banque

France Expatriés vous guide pour l’ouverture de votre nouveau compte bancaire, le transfert de devises sur l’international, les moyens de paiement sur place…

 

Pouvoir disposer de son argent à tout moment et dans les meilleures conditions est non seulement appréciable mais indispensable. Les grandes banques françaises, au travers de leurs succursales à l’étranger ou de leurs réseaux de correspondants, sont amenées à gérer en France des comptes de non-résidents. Les prestations sont à peu près similaires mais les coûts, eux, sont variables. Prenez le temps nécessaire et comparez ! 

 

Ouvrir un compte bancaire, au Canada, est une démarche indispensable si vous comptez vous établir durablement. Le paiement par carte est exigé dans la plupart des cas. Les cartes les plus courantes - Visa, Amex, Mastercard et Diner’s - sont acceptées partout. Le plus simple est, sans doute, de profiter de l’importante implantation des banques françaises dans le pays : la BNP, le Crédit Lyonnais et la Société Générale y ont de nombreuses agences. En ouvrant un compte dans l’une de ces banques, avant votre départ, vous vous économiserez des démarches et des frais inutiles. Si vous préférez ouvrir un compte dans une banque locale, adressez-vous à la Banque Royale du Canada qui possède de nombreuses agences sur place, ou à la Banque Nationale du Canada, qui propose un service en ligne et sur internet. Dans tous les établissements, des offres spéciales et des prêts, à taux préférentiels, sont réservés aux étudiants. Les banques sont ouvertes tous les jours de 10 heure à 15 heure. Le jeudi, jour où les magasins ferment le plus tard, elles restent souvent ouvertes jusqu’à 20 heure.

 

Les cartes de crédit ne sont jamais acceptées dans les supermarchés ! N’oubliez pas de prendre de l’argent à un distributeur avant de faire vos courses. 

 

La Société Générale : La Société Générale vous accompagne. Découvrez nos produits et services dédiés pour votre expatriation réussie.

  • Pour les grosses dépenses, le plus économique est de régler avec une carte de paiement (même si une petite commission est normalement prise par votre banque française à chaque opération). En effet, le seuil d’argent que l’on peut retirer au guichet avec sa carte étant limité
  • Pour disposer d’argent liquide, le plus simple est également d’en retirer sur place avec une carte de paiement internationale aux distributeurs automatiques de billets (appelés ATM, pour Automatic Teller Machine) qu’on trouve un peu partout. Une commission fixe ou une commission variable étant prélevées pour chaque retrait, il est préférable de retirer de grosses sommes plutôt que de multiplier les opérations. Des commissions spécifiques (généralement 2-3 $Ca) s’ajoutent quand on retire dans les petits distributeurs des hôtels, stations-service ou autres commerces. Certains ATM ne prennent pas les Visa ni les MasterCard.

Distributeurs automatiques :

Ils sont désormais nombreux dans le pays et permettent de retirer des dirhams avec la carte Visa ou Mastercard. - Mieux vaut retirer de l'argent à un distributeur attenant à une agence bancaire, pendant les heures d'ouverture de celle-ci, d'autant que, en cas de problème, les distributeurs automatiques marocains gardent la carte... - Pour chaque retrait, une commission variable de l'ordre de 2 %, complétée d'une partie fixe de 3,50 à 5 €, sera débitée de votre compte bancaire. Mieux vaut donc éviter de retirer des petites sommes.

Attention : les distributeurs se font rares au sud de Tafraoute et Ouarzazate.

Principales banques :

  • BMCI (Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie), filiale de BNP-Paribas,
  • Crédit du Maroc, filiale du Crédit Lyonnais,
  • SGMB (Société Générale Marocaine de Banque), filiale de la Société Générale.
  • La banque Chaabi

Le coût de la vie

Le coût de la vie au Canada est généralement moins élevé que celui de la plupart des pays européens comme la France, le Royaume-Uni ou encore les Pays-Bas. Il varie d'une province à l'autre. Les villes canadiennes où le coût de la vie est le plus élevé sont, par ordre décroissant, Toronto, Vancouver, Calgary, Montréal et Ottawa. Les fourchettes de prix suivantes sont celles de la haute saison touristique (l'été, sauf dans les stations de ski où, bien sûr, c'est en hiver que les prix grimpent).
  • Bon marché : jusqu'à 40 $Ca (environ 25 €) la nuit par personne (en dortoir ou en chambre double dans les auberges).
  • Prix moyen : de 80 à 140 $Ca (50 à 90 €) la nuit pour 2 en chambre privée (hôtel, motel ou B & B).
  • Plus chic : de 140 à 220 $Ca (90 à 140 €) pour 2. Hôtels de catégorie supérieure et B & B de charme.
  • Très chic : plus de 220 $Ca (140 €) pour

Restauration Outre les taxes (un peu plus de 10 % dans la restauration), il faut ajouter le pourboire (tip), obligatoire, d'environ 15 %. Au bout du compte, c'est 25 % en plus des prix affichés aux menus qu'il faut prévoir !

Les prix ci-dessous correspondent à un repas constitué d'un simple plat, celui-ci étant généralement assez copieux pour pouvoir se passer d'autre chose.

  • Bon marché : moins de 15 $Ca (10 €).
  • Prix moyens : de 15 à 25 $Ca (10 à 16 €).
  • Plus chic : plus de 25 $Ca (16 €). 

La fiscalité

En quittant la France vous espériez ne plus avoir à payer d’impôt en France ! Ce n’est pas sûr ! Tout dépend de votre domicile fiscal, de vos biens restés en France. Quant à vos impôts sur place, France Expatriés vous livre le mode d’emploi.

 

C’est la règle des 183 jours, soit le temps que vous passez dans votre pays d’accueil, qui déterminera le droit à des exonérations liées à votre expatriation. N’oubliez pas, outre vos impôts sur le revenu, de régler vos autres taxes (taxe d’habitation, taxe foncière, taxe immobilière, ISF…). 

 

La France a conclu une convention fiscale avec le Canada, de façon à ce que les Français vivant au Canada n’aient pas à payer des impôts à l’administration française et à l’administration canadienne. Afin de savoir à qui vous devrez verser vos impôts, il vous faudra définir votre domicile fiscal. Deux possibilités :

  • vous travaillez au Canada
  • votre foyer est en France
  • vous passez plus de 183 jours en France

Vous devrez payer normalement vos impôts à la France. Si votre employeur est canadien, vous pourrez lui demander de ne pas faire la retenue sur l’impôt. Il vous faudra, au préalable, en faire une demande écrite au Bureau des services fiscaux le plus proche de l’établissement où vous travaillez, afin d’obtenir une lettre de dispense que vous remettrez à votre employeur.

Si vous travaillez à votre compte, la démarche est la même, excepté le fait que vous gérerez vous même vos revenus. Vous devrez ensuite déclarer vos revenus à l’administration française. Le cas échéant, vous pourrez bénéficier de certaines exonérations.

  • vous travaillez au Canada
  • vous habitez au Canada
  • vous passez plus de 183 jours par an au Canada

Vous êtes donc résident canadien et tenu de payer vos impôts à l’administration fiscale de votre pays d’accueil. En temps normal, ce sont les employeurs qui retiennent les impôts à la source.

Quant aux personnes qui travaillent à leur propre compte ou qui touchent un revenu de location, elles doivent payer leur impôt sur le revenu par acomptes provisionnels, tout au long de l’année.

Pour vous aider dans vos démarches, consultez l’Agence des douanes et des revenus du Canada (CCRA) et le Centre des impôts des non-résidents, en France.

 


L’année fiscale correspond à l’année civile : elle va du 1er janvier au 31 décembre. La date limite de déclaration des revenus est le 30 avril de l’année suivante (ou le 1er mai, si le 30 avril n’est pas un jour ouvrable).


 

Tout contribuable canadien doit payer un impôt local, un impôt provincial et un impôt fédéral. Les impôts provinciaux sont les plus lourds. En Colombie-Britannique, ils représentent 49,5% des taxes. Par souci de simplicité et d’efficacité, le prélèvement de l’impôt sur le revenu s’effectue en une fois, au niveau fédéral, par le Ministère.

Vous ne remplissez donc qu’une seule déclaration de revenus pour payer la totalité de vos impôts. Les formulaires de paiement sont disponibles auprès des bureaux des services fiscaux de votre ville et des bureaux de Canada Post. Dûment remplis, ils doivent être envoyés ou déposés au centre de taxation le plus proche, ou dans l’un des bureaux des services fiscaux qui se chargera de le faire suivre.

Pour payer, il vous suffira de joindre à votre déclaration un mandat ou un chèque établi à l’ordre du receveur général. Si votre revenu est important, ou si vous travaillez à votre compte, vous devrez peut-être payer des montants en acomptes provisionnels avec quatre versements par an : en mars, juin, septembre et décembre.

 

En ce qui concerne votre permis de conduire, mieux vaut préparer le terrain avant votre départ. Les démarches sont plus faciles en France, alors autant éviter stress et précipitation une fois sur place ! 

 

tableau

La TVA :

Chaque fois que vous achetez quelque chose, la taxe sur les produits et services (TPS) qui s’élève à 8%, s’ajoute au prix indiqué. Vous devez également payer une taxe de vente provinciale (TVP ou TVH, selon les régions), qui varie d'une province à l’autre. Au 1er janvier 2008, le taux de la TVH était de 13 %. La TVH s'applique sur les mêmes produits et services que ceux qui sont assujettis à la TPS. Si vous n’êtes pas résident canadien, vous pouvez vous faire rembourser la TPS. Une brochure vous expliquant la marche à suivre vous sera distribuée à votre arrivée, à l’aéroport. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez en demander une dans tous les offices du tourisme. La TPS est remboursée sur les logements provisoires (hôtels, B&B, à l’exception du camping) et sur la plupart des produits de consommation. Ne sont cependant pas remboursés les taxes portant sur vos repas, l’alcool, les tabacs, l’essence et les produits alimentaires. Par contre, si vous louez une voiture, si vous achetez des objets de valeur ou de l’artisanat local, n’hésitez pas à exercer ces privilèges réservés aux touristes !

Pour vous faire rembourser, n’oubliez pas de conserver toutes vos factures. Demandez aux commerçants d’y faire figurer le montant de la TPS et le numéro qui leur est attribué. Il vous suffira ensuite de remplir le petit formulaire, inclus dans la brochure TPS, et de le renvoyer à l’adresse indiquée en précisant celle à laquelle vous souhaitez recevoir votre chèque de remboursement. Si vous êtes propriétaire d'une maison, vous devrez en plus payer des taxes foncières et des taxes scolaires. Pour plus de renseignements sur ces taxes, contactez votre conseil ou commission scolaire ou votre administration municipale.