Sénégal : Transport

Comment s’y rendre?

En avion :

L'aéroport international de Dakar-Yoff, à l5 km du centre-ville est le centre d'un important trafic aérien tant avec le continent africain, qu'avec l'Europe et l'Amérique.

Cinq heures de vol en jet suffisent pour atteindre Dakar au départ de Paris Charles de Gaulle. Toutes les grandes compagnies européennes desservent Dakar.

Un service de cars en correspondance directe avec les départs et les arrivées des avions assure la navette entre l'aéroport et Dakar centre-ville. De nombreux taxis sont également disponibles.

En voiture : Deux itinéraires transsahariens peuvent être proposés : de Tanger, Oran ou Alger, il est préférable de rejoindre Colomb Béchar par les routes directes ou à partir de la frontière marocaine, El Aïoun.

  • Le premier itinéraire : la «piste de Mauritanie» de loin le plus rapide passe par Tindouf, Birmoghrein, Atar, Nouakchott, Saint-Louis, Dakar, soit environ 3 500 km environ de Colomb Béchar.
  • Le deuxieme itinéraire : la «piste du Tanezrouft» offre l'intérêt supplémentaire de la traversée complète du Sahara et du Mali.

La route passe par Adrar, Reggane, Bidon 5, Tessalit, Gao, Mopti, Bamako, Kayes, Tambacounda et Dakar, soit 5 500 km au départ de Colomb Béchar.

Le périple à travers le Sahara est aujourd'hui très réalisable mais exige cependant une préparation extrêmement minutieuse et un équipement bien adapté.

Les documents afférents au véhicule, nécessaires pour entrer et circuler sur le territoire sénégalais, sont les suivants :

 

  • une carte grise
  • une police d'assurance internationale (carte verte valable au Sénégal)
  • un carnet de passage en douanes ou triptique
  • un permis de conduire international.

Renseignement auprès des Ambassades des pays traversés, au Touring Club ou à l'Automobile Club de votre ville.

CONSEIL

L’avion est tout de même le moyen de transport privilégié pour atteindre le Sénégal. La voiture, c’est très très long et parfois dangereux car il est nécessaire de traverser des zones pas toujours sures. N'hésitez pas à comparer les prix et à vous renseigner sur la mise à jour des horaires et tarifs.

Conseils pratiques sur place

En car :

Des cars rapides desservent également tous les quartiers de Dakar. Attention, méfiez-vous des pickpockets, surtout en station debout. Pour votre sécurité, nous vous conseillons de refuser un trajet debout. Le tarif est compris entre 50 et 100 FCFA, selon les destinations.

Pour sillonner le territoire sénégalais, il existe également des cars de transport en commun partant des gares routières de Colobane et de Pompiers.

Le bus :

La Société des transports Dakar Dem Dikk (Dakar aller-retour en wolof) desservent la plupart des quartiers de la capitale et de sa banlieue. De nombreuses lignes convergent vers le centre-ville (place de l’Indépendance).

Tarifs :

  • 1ère section (Dakar-Sicap) : 150 FCFA
  • 2ème section (Pikine-Thiaroy) : 175 FCFA
  • 3ème section (Rufisque-Bargny) : 200 FCFA

 

En taxi :

De couleurs jaune ou orange, le prix de leur course s’inscrit sur le taximètre. Depuis quelques années, il est possible de faire du waxalé (marchandage), c’est-à-dire de proposer au chauffeur un forfait pour une course donnée. Nous ne conseillons pas cette méthode sur de petites distances (sauf en cas de bouchon), vous risqueriez de dépenser plus qu’avec le taximètre. Sur de plus longues distances c’est avantageux, notamment pour les étrangers, certains chauffeurs n’hésitant pas à emprunter des chemins inutilement longs.

Tarifs : 100 FCFA pour la prise en charge, puis 100 FCFA par kilomètre parcouru en ville. Le tarif grimpe à 200 FCFA/Km dès que vous avez quitté Dakar. Les tarifs doublent entre minuit et six heures du matin.

Taximètre : le jour A1/vert, la nuit B2/rouge
Un trajet entre l’aéroport et le centre-ville vous coûtera 3 000 FCFA de jour, et 4 700 FCFA de nuit.
Allo taxi : 823 44 04

Il existe aussi des taxis clandos, de couleurs vert et blanc, reliant Dakar à sa banlieue, ou certains quartiers de la banlieue entre eux. Leur particularité réside dans le partage de la course et son prix, facturé suivant la distance effectuée par chacun des passagers.

Des points de ramassage pour ces taxis clandos ont été aménagés à Dakar, notamment sur l’avenue Lamine Guèye (face au marché Sandaga). Leur état laisse souvent à désirer, mais avouons qu’ils rendent bien service aux habitants des banlieues.