PAROLE D’EXPAT’ : CELINE ET LA NOUVELLE-ZELANDE

Céline, expatriée depuis plus d’un an maintenant, vous fait partager son aventure aventure néo-zélandaise !

 

  • Comment s’est déroulée ton arrivée dans ton pays étranger ?

Super bien ! J’ai eu la chance d’avoir un contact qui m’a mis en relation avec 2 de ses meilleurs amis Xavier et Kay, des gars géniaux ! Ils m’ont vraiment aidé à mon arrivée (hébergée pendant une semaine, etc). Aujourd’hui je les considère comme des amis, vraiment. D ‘autre part j’ai décidé de faire un road trip dès mon arrivée avec une nana que je ne connaissais pas avant de partir. Je l’ai « rencontré » sur le site des frogs-in-NZ. On a tout de suite accroché en discutant par Facebook. Et on a décidé de faire un road trip en camping car en plein hiver toutes les 2! Une expérience géniale et inoubliable !

  • Quelles ont été tes motivations à choisir ce pays ?

J’ai choisi la Nouvelle-Zélande au départ, justement pour éviter les français qui ont envahie l’Australie héhé .Ce qui finalement s’est avéré « inutile » puisqu’au départ je n’ai rencontré que des français ou francophones à Auckland. J’ai aussi choisit initialement la Nouvelle Zélande car les paysages m’intriguaient et ça n’a pas loupé! C’est un pays incroyablement surprenant par sa beauté mais aussi par les kiwis (neo-zélandais) !

  • Et pourquoi avoir voulu quitter la France ?

À la base aucun dégoût de la France, j’adore Paris, ma famille, mes amis. J’avais même trouvé le job « de mes rêves » (selon la suite logique post Master et MBA). Mais voilà je n’étais pas prête à me poser et une trop forte envie de découvrir le monde bouillait en moi.

  • Comment as-tu démarché pour trouver un logement et un emploi ?

Les amis d’amis, les sites spécialisés tels que gumtree, seek, et principalement Trademe en Nouvelle Zélande.

  • Quelles sont tes impressions sur l’expatriation ?

C’est génial! Avec ses quotas de mésaventures, de homesick mais au final c’est incroyable à quel point on apprend sur soi et les autres d’ailleurs! Je ne suis pas prête de rentrer j’y ai pris goût, comme les tatouages héhé. T’en fais un puis tu ne peux plus arrêter.

  • Pour finir, raconte-nous une anecdote de ton expatriation.

Pas vraiment d’anecdote mais de voyager comme ça, ça redonne foi en l’humanité. C’est incroyable l’entraide qu’il peut y avoir. J’ai rencontré des gens que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam (expression de ma grand-mère, pour la dédicace) et qui m’ont aidé comme si j’étais une amie de toujours ou partie de leur famille !