Elections européennes : Les expatriés sont dans le coup

25 mai 2014, le premier tour des élections européennes aura lieu. Un évènement politique où tous les européens sont concernés. Plus de 2 millions de Français résident aujourd’hui à l’étranger. La moitié de ces expatriés est inscrite sur les listes électorales, mais le taux d’abstention reste élevé (parfois plus de 80%). Ce fait s’explique par des démarches plutôt contraignantes pour voter à l’étranger. Avec un sondage plus que favorable pour le FN, les Français expatriés restent un atout de grande taille pour les élections européennes. Si vous décidez de partir à l’étranger, sachez que vous aurez toujours le moyen d’aller voter…

 

Quels sont les moyens pour voter à l’étranger ?

La part des Français en Europe est conséquente. Aujourd’hui, environ 38% des expatriés résident dans l’union européenne, soit près de 800 000 personnes. Deux moyens permettent aux Français de l’étranger de pouvoir voter : l’inscription sur les listes électorales consulaires ou bien le vote par procuration.

L’inscription sur les listes électorales consulaires :

Partir à l’étranger c’est bien, ne pas oublier de voter c’est mieux. Pour ce faire, les consulats français, présents dans les pays de l’Union Européenne possèdent des listes réservées spécifiquement aux Français expatriés : Listes électorales consulaires. Comment ça marche ? Si vous êtes  inscrits sur la liste électorale de votre secteur et celle des citoyens hors-France, vous serez automatiquement affiliés aux listes consulaires.  Certains Français ne sont pas inscrits. Il leur faudra donc contacter l’ambassade française affiliée au lieu de résidence où ils se situent. Si vous avez déjà rempli ces modalités, votre vote à l’étranger se passera sans accrochage.

Le vote par procuration :

Les Français ne pouvant pas se rendre sur le lieu de vote qui leurs sont prescrits, doivent établir une procuration. Le vote par procuration a quant à lui deux façons d’être exécuté. Dans un premier temps, en France, la procuration se fait dans un bureau de police, gendarmerie ou encore le tribunal d’instance du lieu d’inscription sur les listes. Pour les Français à l’étranger, ils devront également passer par le consulat. La procuration devra être établie par l'ambassadeur d'une circonscription consulaire, le chef de poste consulaire ou un consul honoraire de nationalité française habilité par le ministre des affaires étrangères. La personne demandant la procuration devra se munir de différents justificatifs d’identité en certifiant être dans l’impossibilité de pouvoir se rendre sur le lieu de vote. Le mandataire devra être inscrit sur la même liste que vous. Cette option doit être demandée à temps pour recevoir la réponse avant le jour du vote.

 

Internet, une option à envisager :

Internet est sur tous les fronts, et pourrait même être utilisé dans le cadre des élections. Une possibilité envisagée, mais refusée. Effectivement, cela serait un avantage pour certains, mais vu comme un inconvénient aux yeux des sénateurs. D’après le rapport des sénateurs Alain Anziani (PS) et Antoine Lefèvre (UMP), le vote par voie électronique sera exclusivement réservé aux Français vivants à l’étranger. Bonne nouvelle, encore un moyen pour les expatriés de pouvoir voter. Mis en place pour les élections législatives de 2012, ce moyen de vote était de nouveau mis en place pour les élections consulaires (2014). Seul hic dans cette éventualité de vote : la fiabilité et la confidentialité du vote. Une solution qui est à perfectionner pour plus de sécurité. Vous pourrez donc voter sur Internet. Cependant, votre vote sur devra être effectué la semaine précédant le week-end des élections (25 mai 2014)

Les Français expatriés auront différents moyens pour leur permettre de voter. A eux de faire le nécessaire pour s’y maintenir.

Un représentant des expatriés français au parlement européen ?

Avec l’arrivée du traité de Lisbonne, la France dispose de deux sièges supplémentaires. Joëlle Garriaud-Maylam, représentant des français à l’étranger au Sénat, souhaiterait instaurer une représentation des expatriés français à l’étranger au parlement européen.

La demande la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam consistait à attribuer un siège pour représenter les « europatriés » et le second pour les français résidant hors de l’union européenne. Cette demande se conduit dans le but de favoriser le vote des expatriés français. Dans la mesure où la sénatrice propose un plus grand intérêt aux expatriés, nous pouvons espérer une plus forte participation des électeurs français qui sont un très nombreux à s’abstenir. Certains pays privent les expatriés de voter (Royaume-Uni, Danemark, Irlande, Chypre et Malte), s’ils n’ont pas été inscrits depuis 15 ans sur liste électorale. Ce dénigrement des expatriés revient à  contredire la liberté de ces derniers et les considérer comme « des citoyens de seconde classe ».

Cette proposition, renouvelée à plusieurs reprises ne connaît pas un grand succès puisque les deux sièges supplémentaires seront attribués à l’Ile de France.

 

La montée en puissance de l’euroscepticisme

Les élections européennes arrivant à grand pas (25 mai prochain), des sondages sur les intentions de votes ont déjà commencé. Même si cela ne reflète pas les votes finaux, ces prédictions de votes restent tout de même inquiétantes. Marine Le Pen, s’opposant à l’accord du libre-échange transatlantique, essaye de monter les français contre le parlement européen. Grâce à un sondage IFOP (Institut Français sur les Opinions Publiques) sur les intentions effectués dans le Grand Est, le Front National, mené par Florian Philippot  a récolté 26% de votes (7,6% en 2009, progression incroyable). Devançant l’UMP et Nadine Morano avec 24%, le FN se situe en tête des intentions de vote dans la circonscription. Le PS représenté par Edouard Martin récolte 15,5% des intentions de votes (EELV : 12,5%, UDI-MODEM : 7,5%, Front de gauche : 6,5%). Sur le plan national, l’UMP est en tête des intentions de votes avec 23% de voix. Avec cette montée en puissance, Marine Le Pen gagnera en confiance suite à son projet de créer un « euro-groupe » de nationalistes au parlement européen. Français expatriés, vos votes sont importants pour la France, l’Europe. Ne vous abstenez pas, et votez. Nous comptons sur vous !

Pour plus d’informations, rendez-vous sur :

-       http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/vivre-a-l-etranger/

 

-       http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/

 

-       http://france-expatries.com/